Association Constant Ruffin "LES PERSEIDES" : NOTIONS DE BASE D'ASTRONOMIE PRATIQUE 3 : comment choisir un oculaire ? - ASTROTECHNIQUE (instrumentation, chaîne de mesure...) - Articles+formulaires
Association Constant Ruffin "LES PERSEIDES" : NOTIONS DE BASE D'ASTRONOMIE PRATIQUE 3 : comment choisir un oculaire ?





Login
Log in!
Galerie photos
DOCUMENT TITLE

Phases lunaires

Prévisions météo





Recherche

ASTROTECHNIQUE (instrumentation, chaîne de mesure...) : NOTIONS DE BASE D'ASTRONOMIE PRATIQUE 3 : comment choisir un oculaire ?
Posté par didier le 25/04/2007 15:30:00 (2497 lectures)

Comment choisir un oculaire ?
Lunettes et télescopes doivent être complétés par des oculaires de façon à adapter les grossissements au type d'objet que vous observez le plus souvent ou pour pouvoir choisir le meilleur grossissement en fonction de la turbulence atmosphérique.
Les différents critères de choix d'un oculaire sont les suivants :


I. le coulant de l'oculaire

Il s'agit du diamètre extérieur de la jupe de l'oculaire, et donc, du diamètre intérieur de l'oculaire. Il existe le modèle japonais qui est de 24,5 mm ou 0,9683'', et le grand diamètre ou diamètre américain qui est de 31,75 mm ou 1,25''. Enfin, certains porte-oculaire, sur les instruments les plus puissants, reçoivent en plus, le diamètre géant de 50,8 mm ou 2''.

II. La focale de l'oculaire
C'est d'elle que va dépendre le grossissement obtenu. Selon que l'on cherche un astre, que l'on observe une galaxie, la Lune ou Jupiter, les grossissements utilisés ne sont pas les mêmes. C'est pour cela qu'il faut une gamme d'oculaires. C'est la seule façon d'obtenir à chaque fois la meilleure image possible.

III. La qualité de l'oculaire
Un oculaire est une pièce optique essentielle qui ne doit en rien altérer la qualité de l'image fournie par l'objectif ou le miroir.
Chaque oculaire porte, gravés, la focale et une ou plusieurs lettres.
Les indications ci-après vous permettront de connaître le niveau de qualité en fonction de ces lettres ou de ce nom.

A. Qualité ordinaire
H , HM, R, SR
B. Qualité moyenne
AH , K, MA, SMA
C. Très bonne définition
OR ou Orthoscopique
D. Haute définition
OR HD
PL ou Plössl
Super Plössl

E. Très haute définition
Panoptique
lanthanum

F. Spéciaux grand champ à haute définition
Nagler , Nagler 2 , Wide field, SWA ou Super Wide Angle
UWA ou Ultra Wide Angle

IV. Le champ visuel
C'est la portion d'espace que l'on aperçoit lorsqu'on regarde à travers l'oculaire.
Ce champ dépend du champ de l'oculaire (champ apparent de l'oculaire ou CA) et du grossissement.
L'observation de la Lune, de la Voie Lactée ou nébuleuses requiert le champ le plus important possible pour être véritablement spectaculaire. Un grand champ facilite le pointage des astres.

V. Choix du grossissement
Une bonne gamme d'oculaires doit se composer des éléments suivants :

- Un grossissement minimum :
c'est celui qui est le plus lumineux et qui offre le maximum de champ.
La focale de l'oculaire qui donne le grossissement minimum se calcule en multipliant par 7 le rapport d'ouverture (F/D)
Exemple :
un télescope de 200/1200 a un rapport d'ouverture de 1200/200 = 6. L'oculaire donnant le plus faible grossissement utilisable a donc une focale de 6 x 7 = 42 mm. A noter que dans certains cas, la focale correspondante n'existe pas. on choisira alors la plus proche. dans notre exemple, un oculaire de 40 mm fera très bien l'affaire.

- Le grossissement moyen.
C'estr celui que l'on utilise pour oberver la Lune en ebntier et pour l'observation des amas, galaxies et nébuleuses. C'est un oculaire dont la focale à 3 fois le rapport d'ouverture.
Par exemple, avec un 115/900, le grossissement moyen est égal à : (900/115) x 3 = 23,5 mm, on choisira la focale la plus proche, soit 25 mm


- Le grossissement utile.
C'est celui que l'on choisit pour observer les détails à la surface de la Lune ou des planètes. Il est donné par un oculaire dont la focale est comprise entre (F/D) x 1,5 et (F/D) x 0,7.
Généralement, cet oculaire a une focale située entre 9 et 12.


- Le grossissement maximum.
Indispensable pour séparer les étoiles doubles, et lorsque la turbulence est faible, pour la Lune et Saturne. l focale de l'ocualire correspondnat est égale à (F/D) x 0,5. Cela équivaut à un oculaire dont la focale serait de 6 mm.

VI. Oculaires parfocaux
Cela signifie que, lorqu'on change d'oculaire dans la même série, la mise au point ne change pratiquement pas.

VII. Champ de vision.
Pour déterminer le champ de vision, il suffit de diviser le champ apparent de l'oculaire par le grossissement.
Pour chaque oculaire vendu, le champ apparent (CA) est indiqué en dégrés, après la focale (exemples d'ocualires : f = 4 mm/45° ; f = 18 mm/52° ; f = 6mm/50°)
Exemple concret:
Je possède une lunette de 800 mm de focale. J'utilise un oculaire de de 20 mm avec un champ apparent de 40° (f =20mm/40°).
Je peux calculer le grossissement :
G = F/f = 800 / 20 = 40 x
Je peux calculer le champ de vision :
Champ de vision = 40° / 40 x = 1°
J'ai donc un champ visuel de 1° avec cet oculaire. Sachant que la Lune a un diamètre apparent de 0,5° ou 30 minutes d'arc, le champ visuel pourrait contenir dans le champ de vision si c'était possible deux Lunes. Donc, nous pouvons bien voir la Lune entièrement.
La galaxie d'Andromède a un diamètre apparent de 3°. Alcor et Mizar dans la Grande Ourse sont séparés de 11' soit un écart perceptible par une personne dotée d'une vue normale. Mizar est elle-même composée de deux astres séparés par 14''. Ce qui donne une idées des angles dans le ciel.

En résumé, focale de l'oculaire donnant le grossissement :

Minimum = (F/D) x 7
Moyen = (F/D) x 3
Utile = entre F/D x 1,5 et F/D x 0,7
Maximum = F/D x 0,5


Si vous faites les calculs, il vous faut une gamme d'oculaires comportant les ocales suivantes : 6 mm ; 9 mm ; 12 mm ; 20 mm ; 32 mm et 40 mm

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article