Association Constant Ruffin "LES PERSEIDES" : Révision du LX10, partie 2 : nettoyage et entretien mécanique - ASTROTECHNIQUE (instrumentation, chaîne de mesure...) - Articles+formulaires
Association Constant Ruffin "LES PERSEIDES" : Révision du LX10, partie 2 : nettoyage et entretien mécanique





Login
Log in!
Galerie photos
DOCUMENT TITLE

Phases lunaires

Prévisions météo





Recherche

ASTROTECHNIQUE (instrumentation, chaîne de mesure...) : Révision du LX10, partie 2 : nettoyage et entretien mécanique
Posté par Michel le 17/11/2009 12:20:25 (1913 lectures)

Tout d’abord quelques liens sans lesquels je ne me serais pas atteler à ce travail :

  • Le site de Cédric Thomas, sur la méthode de collimation des Schmidt-Cassegrain

Le LX10 étant fabriqué par MEADE USA, il ne faut pas s’étonner que les clés BTR soient du type « américain », dont l’unité de longueur est le pouce (ex : 1/10ème , ¼ de pouce etc…). Il a donc fallu trouver des clés se rapprochant des diamètres des têtes de vis BTR utilisées sur le LX10, l’association ne pouvant se permettre d’acheter un jeu de clés en rapport, et les clés livrées avec étant disparues … J’ai quand même réussi à trouver des embouts à empreinte « Torx » européen qui m’ont permis d’effectuer le démontage, comme ces embouts sont légèrement coniques, ça m'a permis de rattraper le jeu qu’il pouvait y avoir avec le modèle « américain ». Les petites vis qui n’étaient pas importantes dans la structure du LX10 comme les vis de capot de la motorisation, de panneau de contrôle, etc… ont été remplacées par des vis bien de chez nous après taraudage M 4, ce qui en facilitera le démontage au cas où …

J’ai installé de la protection d’emballage à bulle d’air sur mon établi, sait-on jamais ..., et j’ai donc commencé par enlever la lame de Schmidt (6 vis) en repérant bien le sens et la position (une flèche au crayon gris sur la tranche pour le sens, le positionnement de la lame étant déjà repéré d’origine par un trait gravé dans l’alu du support sur le télescope, souligné à la peinture blanche côté support et sur le bord de la lame). On peut le voir sur la photo qui suis (avec difficulté, car le coup de flash a un peu « écrasé » le repère) :

Le repère est au milieu, entre les deux emplacements de vis (qui sont en face des cales de liège de la lame).

J’ai pu ainsi avoir accès à l’intérieur du tube pour aller enlever cette toile d’araignée qui faisait tache…

Un coup de soufflette avant le nettoyage du primaire pour enlever les poussières et le passage répété d’un chiffon doux mis sur un goupillon a enlevé les traces de toile d’araignée et de poussières qui auraient pu rester dans le tube qui sert d’axe de translation au primaire et qui est aussi l’axe optique du télescope.

Etant seul pour effectuer le boulot, j’ai préféré éviter d’enlever le primaire complètement pour le nettoyer (un malheur est si vite arrivé !). Normalement il aurait fallu le laver à l’eau légèrement savonneuse et le rincer abondamment avant de le reposer … J’ai donc utilisé le produit qui me sert habituellement pour nettoyer les objectifs et les oculaires de microscopie (après avoir fait un essai) : la solution d’Hoffmann (ou liqueur d’Hoffmann) qui est un mélange d’alcool à 90° et d’éther à 50% chaque. Pour ma part j’ai préféré prendre la proportion de 70% d’alcool et 30% d’éther, recommandée par Olympus pour le nettoyage de son matériel. Ca fonctionne très bien et je n’ai pas eu de problèmes pour la lame de Schmidt, le miroir primaire et le secondaire, il suffit d’utiliser un chiffon très doux non pelucheux (des compresses non tissées passées plusieurs fois à la machine à laver leur donnent la douceur désirée) et d’essuyer tout de suite en recommençant plusieurs fois l’opération. Enfin, c’est le seul moyen que j’ai trouvé sans enlever le primaire, trop risqué à effectuer seul à mon avis, et comme ces temps-ci la chance … Bien entendu la solution du démontage et du nettoyage à l’eau est préférable à cette solution de dépannage.

L’aspect du miroir en cours de nettoyage :


Il reste quelques traces qui vont disparaitre après un ou deux essuyages.

La lame de Schmidt nettoyée :

On peut voir la marque d’orientation de la lame à la peinture blanche en avant-plan.

Et le miroir secondaire démonté et nettoyé :

Il ne me restait plus qu’à remonter le tout en veillant bien à ne pas laisser mes empreintes digitales et recoiffer la lame de Schmidt de son capot de protection …

J’allais pouvoir attaquer le partie mécanique du LX10, dont le démontage est bien expliqué en détail sur le site d’Astro’MB.

Deux vis pour enlever le cache central de la fourche de la monture, une vis avec une rondelle à enlever sous ce cache, 8 vis à enlever sur la base et on peut désolidariser la fourche de la base.

On pourra enlever la graisse à l’aide d’un chiffon et d’une brosse à dents pour pouvoir aller entre les dents de la couronne dentée.

Les vis BTR d’origine ont été remplacées par des vis normales sur le capot donnant accès à la carte électronique, la vis sans fin et le moteur d’entraînement en taraudant à M4 les quatre trous.

La vieille graisse a été remplacée par de la graisse au lithium,

sur la couronne et la vis sans fin :

J’ai aussi donné un peu plus de dureté au frein de déclinaison en resserrant légèrement la vis BTR que l’on peut voir à côté de la manette de frein.

La manette de frein en AD a été enlevée et re-taraudée à 4, et la vis remplacée par une vis pointeau BTR bien de chez nous parce qu’elle était légèrement foirée. En remontant la manette, je l'ai avancée de plusieurs millimètres vers la droite pour avoir un bon serrage une fois le frein mis.

Le nettoyage et la révision mécanique étant terminée, il ne me restais plus alors qu’à remonter le tout. Je pouvais maintenant m’intéresser à la partie électrique et électronique de l’engin …

A SUIVRE …

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article